J'ai enfin réglé mon problème d'alimentation de mon SheevaPlug. Effectivement, ça faisait maintenant plus de deux ans que j'avais procédé en urgence à un changement un peu sommaire de l'alimentation en utilisant une solution que d'aucuns jugeraient "overkill"...

Après avoir pu regler les affaires courantes de ma todo-list, le sujet de réparer cette alimentation est revenu en haut de mes priorités. La solution de l'alimentation ATX a fait largement ses preuves: je n'ai eu aucun problème pendant plus de deux ans avec. Elle faisait juste un peu de bruit (le ventilateur qui refroidit les condensateurs et le bobinage des transformateurs) et était discrètement rangée dans un meuble dédié (non, ce n'est pas un rack ou toute sorte de chose qui s'y rapporte). Mais, il fallait bien trouver une solution plus élégante au problème.

J'ai donc acquis auprès de NewIt, une nouvelle alimentation dédiée, destinée à remplacer l'ancienne dans le même emplacement. Normalement, sur ce nouveau montage, les condensateurs qui posent problèmes ont été remplacés par des éléments capables de supporter plus facilement le voltage et la chaleur propagée. De plus, l'alimentation dispose d'une couche de plastique molle collée en dessous. C'est censé favoriser la dissipation thermique. Sur ce sujet d'ailleurs, la coque de protection qui était complètement isolante a été remplacée par une simple feuille de plastique épais qu'on plie pour l'adapter au logement de l'alimentation. Je pense que ça doit permettre de gagner quelques degrés car l'intérieur est moins confiné qu'avant.

Voici quelques photos pour voir à quoi ça ressemble:

Photo de la nouvelle alimentation NewIt pour Sheevaplug Photo de la nouvelle alimentation NewIt pour Sheevaplug

L'alimentation est livrée avec la pièce en plastique pour remplacer l'isolation thermique du circuit.

La doc de montage est disponible directement chez newIt.

Après un peu d'efforts de montage (le support de prise de courant est difficile à clipser correctement dans son logement), la machine redevient de dimension réduite. Elle tient à nouveau dans la main. En fonctionnement, elle ne fait plus de bruit du tout.

Photo du sheevaplug complètement fonctionnel avec sa nouvelle alimentation

Espérons que cette nouvelle alimentation fera preuve d'une plus grande longévité. Dans tous les cas, cet article me permettra de faire le point dans le temps, il reste une trace pour que je n'oublie pas cet évènement...

Rendez-vous, le plus tard possible sur ce sujet !

Posted lun. 01 sept. 2014 19:38:21

Une nouvelle alimentation pour Sheevaplug

Après quelques jours de vacances, quelle ne fût pas ma surprise de constater, depuis le bureau, que mon serveur n'était plus disponible... Ca arrive parfois, notamment, lorsque j'ai oublié de relancer certains services au cours de manipulations ou de mises à jour (personne n'est infaillible).

De retour dans la salle serveur (c'est le salon !), je me penche vers le Sheevaplug et découvre que les Leds du port ethernet sont fixes ! De plus impossible de pinguer le serveur, même depuis le réseau local. Ma tentative de connexion du port JTAG ne donne rien non plus... Ça commence à devenir sérieux !

Dans ces conditions, je débranche la prise et après quelques secondes, je relance la machine... mais, les Led restent fixes et j'ai l'impression que le processus de boot ne s'enclenche pas. Rien non plus du côté du port JTAG !!! Avec peu d'effort, me reviens à l'esprit une histoire pas terrible au sujet de l'alimentation électrique du Sheevaplug ! Une simple recherche sur le web vous permettra de vous faire une idée.

Pour résumer, les symptômes indiquent une alimentation fatiguée et voilà pourquoi le SheevaPlug ne se lance plus. Il faut donc passer par une petite phase de démontage avant d'ouvrir l'alimentation et constater qu'il y a un peu de dégâts. Concrètement, la faiblesse majeure de cette alimentation se matérialise pas des condensateurs qui grillent (ils s'ouvrent par le dessus, répandant leur isolant brûlant qui donne cette jolie couleur brune dans tout le circuit.

Si on observe les détails, voici la bête:

Vue de l'alimentation du Sheevaplug

Plusieurs solutions s'ouvrent alors à moi:

  • Commander une nouvelle alimentation et attendre
  • Réparer l'alimentation existante
  • Trouver une autre alimentation qui peut faire l'affaire

C'est finalement dans l'ordre inverse que je vais procéder: je vais commencer par utiliser une autre alimentation, le temps d'essayer de réparer l'alimentation pour finir par en commander une autre si je n'y parviens pas.

J'ai donc trouvé une alimentation de substitut qui, pour le moins, n'a pas la même taille que la précédente:

Vue de l'alimentation du Sheevaplug

Mais, après tout, il me fallait du 5V en courant continu pour 2A maxi: une alimentation ATX fournit ça de base (bon, elle fournit aussi du 12V, du 3,3V sur pleins de sorties mais qui peut le plus peut le moins). En fait, je n'avais que ça sous la main... autant en profiter.

Le travail d'adaptation n'a pas pris trop de temps. Il me fallait d'abord un connecteur pour relier la carte-mère du Sheevaplug au 5V. Après une courte analyse, je me rends compte qu'en limant un peu le connecteur de l'alimentation ATX dédié au lecteur de disquette, la forme est parfaite ! De plus, je ne me souviens plus de la dernière fois où j'ai utilisé un lecteur de disquette donc, la récupération de ce connecteur n'aura aucun impact.

Voici le résultat final:

Vue de l'alimentation du Sheevaplug

Les 4 fils ont été soudés ensemble, par paire: une paire pour la masse, l'autre pour le +5V.

Ensuite, il reste à trouver comment faire le branchement. Il suffit de nous inspirer du schéma de la page Wikipédia sur la norme ATX. Nous devons donc brancher la masse sur la prise n°3 et le 5V sur la n°4.

Petite astuce, vous devez "allumer" l'alimentation en reliant la prise PS-ON à la masse: c'est de cette manière que votre ordinateur est capable d'éteindre l'alimentation tout seul ! Pour ma part, j'ai fait un pont en récupérant un vieux fil qui restait.

Vue de l'alimentation du Sheevaplug

Après quelques tests et également après avoir vérifié 3 fois que je n'avais pas inversé la masse et le +5V, j'ai branché l'alimentation ATX. Comme par magie, le SheevaPlug s'est lancé tout seul, comme si rien n'avait bougé depuis sa panne ! Ouf ! L'alimentation d'origine en panne n'a pas fait griller le serveur, c'est l'essentiel.

Après ces tests, j'ai pu "mettre en production":

Sheevaplug en production

En guise de conclusion, j'ai pris un peu de temps pour raconter cette histoire simplement pour donner un moyen supplémentaire de "réparer" temporairement votre machine avec des pièces qu'on peut facilement trouver dans tout bureau de hacker qui a (toujours) des scrupules à balancer un ordinateur à la casse.

Il me reste maintenant à réparer l'alimentation: je vais acheter quelques condos chez le grossiste du coin en prenant les éléments un peu plus costauds (10V au lieu de 6.8V pour les condos incriminés). La solution idéale consisterait à acquérir une nouvelle alimentation car, à partir de fin 2010, elles ont été modifiées et semblent plus fiables.

A suivre...

Posted sam. 26 mai 2012 19:45:15 Tags:

Réparer une Wii Motion Plus

Même le matériel officiel des fabricants de consoles de jeux n'est pas fiable. J'en veux pour preuve l'accessoire Wii Motion Plus que j'ai utilisé moins de 15 jours avant qu'il ne tombe en panne. Ce petit truc qui se rajoute en bas de votre télécommande Wii (le truc qui sert de manette sans fil) est censé ajouter une fonction d'accéléromètre et permettre une meilleure qualité de jeu. Néanmoins, la manière dont il est conçu est pratiquement "defective by design" !

En effet, 15 jours d'utilisation, c'est peu ! Le symptôme du problème était assez simple: le nunchuck n'était plus reconnu: impossible de s'en servir, il ne répondait plus du tout. Après avoir suspecté le dit nunchuck et vérifié qu'il fonctionnait correctement lorsque non branché sur le Wii Motion Plus, j'en suis arrivé à la conclusion que le problème venait plutôt de ce dernier... En bon hackeur, et surtout parce que j'avais égaré le ticket de caisse me permettant de faire jouer la garantie, j'ai désossé l'engin.

A noter que pour cette opération, il vous faudra un embout spécifique: le tri-wing. Pour faire simple, il s'agit d'une empreinte de vis destinée à empêcher le propriétaire de matériel (c'est à dire vous) de réparer son matériel lui-même: c'est juste un embout rare à trouver. Heureusement, j'avais déjà eu des problèmes sur cette console (le lecteur de DVD qui était dézingué) et j'étais déjà équipé de ces embouts à la con. A l'ouverture, j'ai vite compris ce qui pouvait poser problème: le connecteur du nunchuck est relié au reste par une nappe ruban très fine. Un simple test de continuité (avec un multimètre) m'a vite informé que le ruban était quelque peu perturbé: le signal passait de manière trop aléatoire suivant la position de la nappe. Qu'à cela ne tienne, tant qu'à faire de perdre 20€ (le prix d'un Wii Motion Plus), autant tenter l'impossible: remplacer le ruban par des vrais câbles mieux soudés. Grâce à mes années de récupération de pièces électroniques en tout genre (n'oubliez pas: il faut tout récupérer et stocker), j'avais tout ce qui fallait sous la main.

  • Première étape: déssouder la nappe sur le connecteur du nunchuck. L'intérêt de cette étape est de permettre de trouver les câbles qui seront adaptés au diamètre des trous. Il vous faut un fer à souder fin (j'ai un JBL 40ST qui était sans doute un peu trop gros) et surtout, une bonne pompe à déssouder.
  • Etape 2: faire des câbles. En général, vu le diamètre, vous n'aurez pas de pince à dénuder adpatée. Il vous faudra donc les faire vous même. Ma technique est simple: utiliser un couteau bien aiguisé en faisant rouler le fil à dénuder sur un cahier: le résultat est impeccable. Il vous faudra 6 fils, peu importe la couleur.
  • Etape 3: déssouder la nappe sur le circuit principal. C'est assez dur: il n'y a pas de place et vous risquez de déssouder les CMS trop proches. De plus, la nappe est souvent difficile à enlever. Je vous conseille d'utiliser une aiguille fine pour pousser les fils de la nappe lorsque vous appliquez votre fer.
  • Etape 4: Souder. C'est difficile mais pas impossible. Je ne suis pas un très bon soudeur mais j'ai quand même réussit du premier coup. La technique à ne pas oublier: pensez à refroidir votre fer avant la soudure en le passant sur une éponge humide. Ensuite, il faut appliquer le fer sur l'extrémité du fil dénudé qui dépasse du trou. Enfin, appliquer la soudure sur le fil chaud et pas le fer: elle va couler autour du fil et le solidariser avec le trou. Il faut de plus aller assez vite sinon vous aurez des gouttes et ça ne tiendra pas.
  • Etape 5: Faire un test. Avant de remonter l'ensemble, testez le circuit à nu. Si ça ne marche pas mieux, désolé mais vous venez de perdre 20€ (le rpxi du Wii Motion Plus) et une heure de votre précieux temps. Pour vous venger, balancer la Wii par la fenêtre et dites-vous que vous pouvez passer plus de temps à coder ou a travailler sur d'autres projets qui vous tiennent à coeur.
  • Etape 6: Si le test est concluant, remonter le tout en prenant soin de ne pas écraser les fils qui passent moins facilement qu'une nappe.

Malgré la soudure approximative et le temps que ça a pris, ce fut un réel plaisir de voir que ça fonctionnait bien ! Je n'en revenais pas moi-même...

Si vous avez des doutes sur l'ordre et la position des câbles, vous pouvez utiliser ce projet du site instructables qui décrit en images ce que j'ai réalisé.

Par ailleurs, si vous avez des problèmes avec votre machine et que vous souhaitez l'ouvrir pour la réparer je vous recommande l'excellent site: ifixit (à ne pas confondre avec there I fix it): il présente une série de guides très bien réalisés pour vous aider à réparer vos engins.

Enfin, si vous désirez acheter un Wii Motion Plus, je vous recommande plutôt d'acheter la manette complète qui intègre directement l'accéléromètre (on appelle ça une Wii Remote Plus). C'est plus cher mais je pense que c'est moins fragile...

Posted dim. 22 janv. 2012 11:11:37 Tags:

Débuter avec un Arduino

Comme vous avez pu le constater depuis quelques articles, je consacre un peu de mon temps à apprendre comment faire fonctionner un Arduino avec nombre d'outils et d'interfaces différents. Ce faisant, j'apprends également des rudiments d'électronique de manière bien plus concrète que ce que j'ai pu faire à l'école. Moins de théorie, plus de pratique et surtout, plus de manipulations qui permettent de se faire la main et de saisir avec bien plus d'efficacité les principes de fonctionnement de tel ou tel composant.

En trainant régulièrement sur Hackaday, je suis tombé sur une série de vidéos pour bien débuter avec un Arduino. Elles ont été réalisées par Jeremy Blum qui, malgré son jeune âge (environ 20 ans), nous apporte les éléments essentiels de manière très didactique. Les vidéos sont postées sous Youtube et le mieux est de les télécharger dans une bonne résolution (histoire de pouvoir lire le code).

Certes, ce sont des vidéos et elles ont l'inconvénient de ne pas être aussi souples qu'un tutoriel écrit (il faut regarder au fur et à mesure, le code n'est pas disponible immédiatement). Néanmoins, le contenu du tutoriel est vraiment bien fait et les explications de Jeremy très claires. Par exemple, j'ai très bien compris à quoi servaient des résistances de pull-down ou de pull-up alors que ce n'est pas si évident pour un débutant.

De plus, les exemples utilisés par Jeremy sont souvent repris des tutoriaux "officiels", présents sur le site Arduino.cc. Je vous conseille de les réaliser vous même au fur et à mesure que vous regardez les vidéos, c'est très formateur. Les montage les plus impressionants sont sans doute ceux qui utilisent des servos et qui peuvent se piloter avec quelques lignes de code.

Enfin, je vous recommande de consulter le site de référence sur le langage de l'Arduino. Vous pourrez mieux comprendre les fonctions qui sont utilisées et la manière de les appeler et de manipuler des variables.

Hackez bien !

Posted sam. 19 mars 2011 13:53:46 Tags: