Hokuto No Ken đź”—

Posted by MĂ©dĂ©ric Ribreux 🗓 In blog/Vie-courante/

#fun #anime #childhood

Parfois, la vie te réserve des tours imprévus. En ces temps de confinement qui annihile mes temps de trajet pour aller travailler, mon temps disponible aborde enfin un côté plus raisonnable que dans mes 6 dernières années. Cela me donne enfin le temps de terminer ce qui a été commencé, parfois depuis plus de 30 ans.

Cette fois, j'ai enfin pris le temps de terminer le dessin animé "Hokuto No Ken" que nous avons connu en français sous le nom de "Ken le survivant" et qui, je m'en souviens bien, avait défrayé la chronique en 1988 lors de sa première diffusion en France, dans le bienheureux Club Dorothée.

Le truc de la cour de récré

Quand j'étais en CM2 (j'avais 10 ans alors), Ken le survivant était le truc partagé par tous dans la cour de récré. Tout le monde en parlait et surtout, tout le monde le regardait. Tout le monde aimait ça et ça, ça fédère toute une génération !

Pour autant, il y avait beaucoup de critiques sur ce dessin animé en particulier. Auparavant il y avait eu des voix contre les "Chevaliers du Zodiaque" (Saint Seiya en VO) qui avait vu certaines scènes ou même certains épisodes censurés. Mais, cette fois, dès les premiers épisodes de Ken le survivant, beaucoup de parents gueulaient en considérant que ce dessin animé était trop violent, trop stupide, que ça criait dans tous les sens, que ça n'avait ni queue ni tête.

Pourtant, comme eux à l'époque, je dois dire que je suis passé à côté de Ken. D'abord, parce que je ne pouvais pas tout le temps regarder le Club Dorothée le mercredi après-midi (quelle frustration, on ne s'imagine pas le traumatisme que ça peut enclencher). Ensuite, parce qu'il n'y avait pas que Ken à regarder et puis, parce qu'à un moment, la série a été tout simplement déprogrammée puis même censurée.

J'étais resté un peu sur ma faim et il m'a fallu 30 ans pour trouver le temps et l'intérêt de me replonger dans "Hokuto No Ken". Et je dois dire que j'ai pris une claque à laquelle je ne m'attendais pas du tout. D'où cet article pour en parler...

C'est quoi "Ken le survivant" ?

"Hokuto No Ken", traduit en bon français par "Ken le Survivant" est d'abord un manga (une BD) japonais majeur. Sorti entre 1983 et 1988, c'est l'un des mangas les plus vendus dans le monde.

Preuve de ce succès, il y a eu plus de 5 suites à la série originale ainsi que 2 séries de dessins animés ainsi que plus de 5 OAV ! Je ne vous parle même pas des déclinaisons en jeux vidéos, il y en a probablement une vingtaine. C'est dire l'impact que le manga a eu.

Pour résumer, "Hokuto No Ken" est l'histoire rocambolesque de Kenshiro, l'héritier d'une technique d'art martial nommée Hokuto qui consiste à toucher des points vitaux de l'organisme pour le faire exploser de l'intérieur. Le tout se déroule dans un univers post-atomique (un thème cher à nos cousins japonais) à la Mad-Max sous fond de violence humaine et de lutte avec le Nanto, une autre école d'art martial.

"Hokuto No Ken" voit sa première saison étalée sur près de 100 épisodes sur plusieurs années (1984 à 1987), reflet de son succès auprès du public japonais. Petite anecdote pour ceux qui s'en souviennent, en France, Ken le survivant a été diffusé après les chevaliers du zodiaque qui a pourtant été créé après (1986 contre 1984).

Violence

Commençons par le point le plus critique de "Ken le survivant", à savoir la violence. Très clairement, oui, "Hokuto No Ken" décrit un monde violent. Très clairement, il n'est pas destiné à un public trop jeune et oui, je conseille plutôt de le regarder à partir de 14/15 ans.

Car pour les plus jeunes, le festival des chocs prend cette forme:

En conclusion, "Hokuto No Ken" n'est clairement pas pour les enfants mais s'adresse plutĂ´t Ă  de jeunes adultes et Ă©ventuellement Ă  des adolescents.

Mais 1988 était une époque d'un autre âge. En comparaison, les années 2020 paraissent bien prudes. Effectivement dans les années 80, il n'y avait pas du tout de limite d'âge à la télé sauf pour le carré blanc (les films pornographiques). Et puis, pensez donc mes braves gens, tous les soirs à 19h40, il y avait la playmate de Cocoricoco boy ! Alors dire aux enfants de ne pas regarder Ken le survivant ! Et puis, c'était aussi une époque où quand les enfants n'avaient pas cours, ils pouvaient regarder une émission qui leur était consacré pendant près de 8h par jour !

Anime en VO

Bien entendu, il faut regarder "Hokuto No Ken" en VO, c'est-à-dire en japonais. Vous aurez également besoin des sous-titres pour comprendre le sens de l'histoire et les subtils détails qui font ce manga. Mais pourquoi la VO alors qu'il existe une traduction vocale française sans doute plus abordable ? Eh bien, j'ai constaté avec le temps que, d'une manière générale, l'élocution japonaise n'a rien à voir avec l'élocution française. Et cette élocution, cette manière de prononcer les termes, ces tons de voix font partie intégrante de l'oeuvre.

La voix japonaise sur cette série participe à l'ambiance dure, violente et désespérée de l'époque décrite dans le manga. Car, vous constaterez assez facilement que la VO est bien plus "réelle" que la VF qui sonne faux et surtout plus mou, plus stupide. C'est un peu comme la différence entre une traduction française de "Stop! Vos papiers !" et l'original "Halt, papieren!" par un Nazi dans un film sur l'occupation pendant la deuxième guerre mondiale. Tout de suite, ça sonne différent. C'est le même effet dans les mangas japonais. J'ai aussi rencontré cet effet entre "Les chevaliers du Zodiac" (VF) et "Saint Seiya" (VO) où souvent, les personnages de la VF parlent un peu comme des chiffes-molles larmoyantes alors qu'en VO, ils sont hyper-courageux, défiants l'autorité et criant pour se donner de la force.

Par ailleurs, surtout pour Ken le survivant, la traduction française est franchement abominable. Il faut retenir que les personnes qui s'occupaient du doublage étaient pris par la même torpeur que les personnes qui militaient pour la suppression de Ken à la télé. Cela les a conduit à faire n'importe quoi avec le texte traduit, trahissant complètement l'esprit originel et surtout, participant au discrédit en faisant croire au spectateur que Ken le survivant est un dessin animé pour attardés mentaux. Ce que n'est pas du tout "Hokuto No Ken" en réalité et ce que je tente de vous faire comprendre dans cet article.

Si vous ne me croyez pas, sachez que Raoh (en VO), le personnage le plus dur, le plus puissant de la série, le super-méchant, a été traduit en "Raoul", un prénom pas super tendance pour 1988. Rien que ça, avec le recul, c'est une faute professionnelle !

Et puis, le regarder en VO vous permettra d'attraper certains termes emblématiques des mangas comme: Nanni! ou encore Bakana! Rien que ça, ça vaut le coup de s'y mettre !

Redondance

Un des points qu'on peut reprocher à "Hokuto No Ken", c'est la redondance de certains passages. Sans aller jusqu'au niveau de DragonBall où les épisodes de 25 minutes sont en fait constitués de 5 minutes de rappel, d'une coupure pub puis d'à nouveau 5 minutes de rappel de ce qui s'est passé avant la pub, il y a parfois des reprises de précédents épisodes de manière assez large dans "Hokuto No Ken".

Sur les 109 épisodes de la série originale, environ une dizaine peuvent totalement être bypassés, car ils ne sont que des rappels des épisodes antérieurs. Parfois, Kenshiro fait une sorte de rétrospective sur ce qui s'est passé dans les épisodes passés. Il se souvient d'actions antérieures qui se sont déroulées dans des épisodes précédents. Tout ça consomme un peu de temps et pèse à certains moments. Mais ça reste sobre par rapport à DragonBall.

Et puis, à décharge, "Hokuto No Ken" se déroule sur plus de 100 épisodes sur plus de deux années (1984 à 1987), à raison d'un épisode par semaine. Dans ces conditions, avoir un rappel semble parfois nécessaire. Dans tous les cas, c'est aussi une technique pour allonger le contenu à moindres frais.

Dessin limité

Parce qu'on voit bien que la manière de faire des dessins animés de mangas repose sur le moindre coût. Ça se voit assez bien sur les premiers épisodes d'"Hokuto No Ken":

Mais il ne faut pas oublier que c'est cette gestion des coûts limitée qui a fait que les dessins animés de mangas japonais ont été plus facilement importés en France. Vous vous souvenez quand Dorothée allait faire son marché au Japon ? Elle avait beaucoup de choix (pas forcément heureux non plus) et on n'avait pas trop de problème pour les faire venir parce que les droits de diffusion étaient inférieurs à ce que les studios français pouvaient produire.

Néanmoins, la première saison est découpée en 4 parties (chapitres) et on peut constater une amélioration des moyens au fur et à mesure du temps qui passe. Si la première période fait assez dépouillé, le dernier chapitre fait l'objet de plus d'attentions: le dessin est plus clair, plus fin, plus animé. On sent le succès de la série !

Musique de fou

Un autre point également d'importance repose sur la bande son. Comme toute bande originale que tu as entendue dans ton enfance, elle est forcément extra-ordinaire et tu y es forcément attachée.

Néanmoins, à l'époque en France, on avait la mauvaise habitude de rhabiller les génériques à une interprétation en français, notamment par le plus célèbre des chanteurs de ce genre: Bernard Minet !

Parfois ces adaptations étaient vraiment dignes de ce nom comme dans Albator avec la participation d'Eric Charden qui bénéficie d'une super bande-son, sans doute meilleure que l'originale. Celle de Goldorak (alias Grendizer) est également une bonne adaptation. Mais celle de Ken le survivant, très clairement non. Je vous laisse comparer entre la version française et la version originale du premier chapitre. Ça n'a rien à voir n'est-ce-pas ?

La bande-son (hors générique) de "Hokuto No Ken" est franchement une réussite. Elle prend des airs parfois militaires, parfois un peu loufoques, mais elle accompagne généralement bien le désarroi de ce monde en souffrance, avec de la tristesse, du drame et de la mélancolie.

Et puis, il y a ces musiques de génériques qui sonnent bon le rock japonais des années 80 avec ses paroles parsemées de mots anglais avec un fort accent. Elles donnent toutes la pêche.

Je l'avoue, quand je vais courir, je mets parfois cette bande originale: ça me donne du courage dans l'effort et du baume au coeur.

Personnage attachant

Avec le recul, j'ai trouvé que le personnage de Kenshiro est quand même attachant même si je dois l'avouer, ce n'était pas garanti au début, dans les premiers épisodes. En 1988, j'avais du mal à savoir si le personnage était un gentil ou un méchant, son rôle paraissait ambigu.

Après avoir vu les 100 épisodes, je dois dire qu'on sent une vraie progression de Kenshiro vers un meilleur. De survivant qui revient de l'enfer, affaibli, sur le fil du bien et du mal, on assiste à la transformation en sauveur de l'humanité. J'ai bien aimé aussi son calme légendaire et la sobriété de ses paroles qui tombent toujours au bon moment.

N'oublions pas la fameuse signature des Ata/Atou des cris lors des combats, ni le légendaire "atatatatatatatatatatatatatatatatata" fulgurant des 100 coups du Hokuto. Sans oublier l'extraordinaire: "Tu es déjà mort !", "omae wa mou shindeiru" en japonais.

Et puis, il y a ce lien particulier qui unit Ken à la petite fille Lynn qui n'en finit pas d'intriguer: le contraste entre un monstre de force et de détermination et la fragilité d'une petite fille qui a perdu la parole en voyant ses parents se faire tuer sous ses yeux est saisissant. Il donne une saveur bien particulière à la série, dès les premiers épisodes, on peut se dire que l'espoir d'un monde meilleur est né. Cette complicité apporte sans doute une touche plus humaine à Kenshiro. Ça, je ne l'avais pas remarqué en 1988.

Mad Max

L'autre chose qui me frappe dans "Hokuto No Ken", ce sont les références à Mad Max. En 1988 est sorti Mad Max 3, Beyond Thunderdome. Je n'ai pas vu le film avant plusieurs années après, mais j'avais été marqué, à l'époque, par le synopsis de la fin de la civilisation par la fin du pétrole.

Quand tu as dix ans et que tu te rends compte à quel point le monde qui t'entoure tourne avec du pétrole, ça t'angoisse particulièrement de capturer l'idée que la production de ce pétrole va forcément s'achever un jour. Dès cette époque, je me suis rendu compte que notre société était déjà trop focalisée sur une seule source d'énergie majeure, présente dans mon quotidien et qui me permettait de vivre comme je vivais à l'époque. Gamin, cette idée m'a traumatisé longtemps, jusqu'à ce que je me rende compte qu'en fait ça allait arriver et qu'il y avait d'autres solutions énergétiques (d'autres sources et surtout la réduction de la consommation énergétique). Et que même si le monde devenait comme celui de Mad Max, je pourrais m'en sortir, je serai capable de m'adapter. Que la fin de l'énergie pas cher ne signifie pas la fin de la civilisation.

Pour le coup, "Hokuto No Ken" respire Mad Max 2 à plein nez. Les costumes sont très proches. Kenshiro est habillé comme Max Rockatansky. Les méchants ont une crête comme Wez (alias Vernon Wells.

Le monde est désertique, le soleil écrase les volontés, la mer est un mythe. Les villageois sont faibles, les hommes forts sont nécessairement cruels, prêts à tout pour s'accaparer les maigres ressources qui existent encore.

C'est tout cet univers de désolation que j'ai retrouvé dans "Hokuto No Ken" et comme Raoh à la fin de la série, revisionner cet enfer m'a permis de m'affranchir de cette peur viscérale d'un monde à la Mad Max. Car là où on trouve le plus profond désespoir, on trouve forcément le plus profond espoir...

Conclusions

Quel choc ! J'ai encore du mal à m'en remettre. J'ai l'impression d'avoir achevé quelque-chose d'interrompu il y a près de trente années. Malgré mes plus de quarante ans, je ressens toujours cet état d'esprit qui m'habitait quand j'avais 10 ans et je crois que c'est ça qui me fait du bien: boucler la boucle, partir d'un début et arriver à la fin du chemin.

Bien entendu, j'ai trouvé beaucoup plus de subtilité dans mon regard d'adulte que dans mes souvenirs d'enfants en regardant "Hokuto No Ken". Je crois que les mangas sont faits plutôt pour les adultes par des adultes. Ils permettent de faire le lien entre les fantasmes de l'enfance et la réalité dure et froide du monde des adultes qui a toujours besoin de se remémorer cette innocence et cet espoir qu'elle croyait perdus pour toujours.

Avec le recul, je comprends bien que Ken le survivant n'était pas un dessin animé que j'aurais dû regarder, à 10 ans. Pour autant, jamais il n'aurait eu la résonance qu'il a eu ces derniers jours si je n'avais pas eu cette introduction fortuite 30 ans plus tôt ! Restera toujours cette belle ambiguïté !

En ce monde en déclin, confiné par le Covid-19 où les gens luttent pour acquérir du PQ, des paquets de nouilles; où les trafiquants détournent les masques de protection ou le gel hydro-alcoolique, il faut revoir "Hokuto No Ken" et reprendre espoir.