Ça y est ! Pour la première fois depuis de trop longues années, j'ai enfin versé une obole pour une série de projets de logiciels libres ou d'infrastructures qui visent améliorer Internet.

Jusqu'à présent ma contribution était essentiellement le fait de fournir un travail directement pour les projets de logiciels libres que j'utilise couramment.

Néanmoins, cet effort direct n'est jamais parfait car vous ne pouvez jamais vous impliquer dans tous les projets. Dans les faits, par exemple, je n'ai pas vraiment l'habitude de contribuer directement au projet Debian même si ce dernier me permet de faire fonctionner mes ordinateurs depuis près de 13 ans déjà. Je n'ai tout simplement pas le temps de devenir un mainteneur Debian. Ça changera un jour mais pour l'immédiat, ce n'est pas possible.

En dehors du temps libre que je peux fournir, je suis également capable de contribuer sur le plan financier. En ce début d'année 2017, plein de bonnes résolutions, j'ai décidé de financer à hauteur de 500€ 10 projets libres qui me tiennent à coeur (50€ pour chacun).

Voici la liste de ces projets avec quelques commentaires.

  • FSF Europe C'est bon de financer la FSF. Après tout, la majorité des outils que j'utilise sont des outils GNU. Il est donc tout naturel de financer la FSF. Le moyen le plus efficace pour un citoyen européen est de financer la FSF Europe qui accepte les dons en €. Pour ma part, j'ai effectué un virement SEPA car il y a moins de frais de versement que pour d'autres méthodes.
  • Debian Enfin, j'ai donné 50€ à SPI pour le projet Debian. Paiement via Carte Bancaire.
  • QGIS Le projet QGIS permet aux européens d'effectuer des dons à l'ordre du QGIS Swiss user group (les dons sont en € et pas en F Ch). Ce dernier reverse ensuite à différents développeurs selon plusieurs programmes (correction de bugs et financement des hackfests par exemple). Pour ma part, j'ai effectué un virement SEPA, plus pratique et plus direct.
  • LibreOffice C'est la suite bureautique que j'utilise depuis 13 ans, régulièrement. Le don est direct par carte bancaire par une interface assez simple.
  • Tor Le projet Tor accepte les dons en € via une association germanique. Je n'utilise pas Tor au quotidien même si j'ai hébergé un jour un serveur de bridge, mais je trouve l'idée de Tor assez belle et, dans tous les cas, très utile pour des choses aussi simples que la lutte contre la censure, pour la liberté de la presse et pour la préservation d'un anonymat protecteur d'une vie privé. Ici, j'ai également fait un virement SEPA.
  • Letsencrypt Je n'ai jamais payé pour un certificat mais je suis prêt à financer l'infrastructure qui permet de générer des certificats à la chaîne, gratuitement. Je pense que Let's Encrypt a su imposer TLS un peu partout sur Internet en moins de temps que les autres acteurs et c'est tant mieux. Le virement s'est fait par carte bancaire en direct (sans passer par Paypal).
  • La quadrature du net Donnons un peu de sous à quelques activistes d'un Internet libre, il en ressortira toujours quelque chose de bon, même si ces derniers temps, les efforts importants de la Quadrature du Net n'ont pas été couronnés de succès à cause d'une série de gouvernements assez autoritaires et sécuritaires sur le sujet. Espérons que cela change pour la prochaine législature (il faut juste voter pour le bon candidat, c’est-à-dire celui qui a un programme sur le sujet). Dans tous les cas, financer la Quadrature du Net permet de mettre un peu plus de visibilité des sujets liés à Internet dans le débat public et c'est toujours une bonne chose. L'interface de dons est simple à utiliser et j'ai payé par carte bancaire.
  • Mozilla J'utilise les outils de Mozilla depuis près de 15 ans. Il était temps de donner une petite obole pour ces services. Firefox est toujours mon seul navigateur. Je n'ai jamais utilisé Chrome car je n'arrive pas à faire confiance à Google, y compris pour Chromium. J'ai donc donné 50€ à Mozilla. Je dois d'ailleurs relever que leur interface de dons est vraiment bien foutue, minimaliste et permet de faire un don en moins d'une minute.
  • Archive.org Je suis un nostalgique de nature. Aussi, de temps en temps, j'utilise les services d'archive.org qui me permettent de récupérer quelques sites web de ma jeunesse. J'aime aussi tout simplement l'idée de conservatoire du web. Après tout, on le fait bien avec tout ce qui est écrit ou en vidéo, pourquoi ne pas le faire pour Internet. Ici aussi, l'interface de dons est très proche de celle de Mozilla et c'est vraiment simple de faire un don.
  • OpenStreetMap Même si la fondation OpenStreetMap est hebergée au Royaume-Uni, il reste possible d'effectuer un virement SEPA en €, pour l'instant (jusqu'à la sortie de l'Union Européenne, plus communément dsignée sous le nom de Brexit). La campagne de financement de stockage est terminée mais on peut toujours effectuer des dons à la fondation.

Voilà, c'est fait pour moi. Je vous invite également à donner en fonction de vos moyens. Le plus simple étant de faire la liste des projets qui vous tiennent à coeur, des différents logiciels que vous utilisez régulièrement et d'aller trouver la page de dons. Dans ma recherche, j'ai été surpris de trouver que pas mal de projets libres n'ont pas besoin de contribution financière (ex: borg, mon logiciel de backup). Mais d'autres projets en ont clairement besoin et vous les trouverez sans peine.

Même si j'aime l'idée d'un logiciel libre réalisé en tant qu'oeuvre commune, uniquement à la force des doigts et des cerveaux, je reste réaliste: les contributions les plus significatives ne peuvent être réalisées que par des personnes qui ont beaucoup de temps à y consacrer. Le plus efficace dans ce bas monde capitaliste étant sans doute d’être payé (pour avoir une vie décente) pour travailler sur des logiciels libres. Ce ne doit pas être la seule voie mais l'ignorer reviendrait sans doute à fragiliser la force de frappe des contributeurs du logiciel libre.

En un mot, donnez ! En plus, ça fait du bien moralement...