Et vous, vous votez comment ?

Au hasard des flux RSS de ma sphère d'intérêts, je viens de découvrir une excellente présentation intitulée "Méthodes de vote: Comment consulter un groupe de personnes sans fausser le résultat ?" réalisée par Lucas Nussbaum qui est un développeur Debian.

Si vous avez 40 minutes à consacrer, je vous recommande de visionner la vidéo (disponible au format OGV/Theora), je vous invite également à consulter le diaporama présent ici car le sujet est pour le coup très intéressant.

Sans (trop) paraphraser le contenu de la présentation, elle nous permet de faire le point sur les limites des systèmes de vote couramment utilisés et nous présente une méthode parmi plusieurs autres qui règle certains problèmes: la méthode de Condorcet. Cette méthode est employée dans le projet Debian. Si vous avez lu la Constitution du Projet Debian , il est possible que vous n'ayez pas compris de prime abord la méthode de comptabilisation des votes. La présentation vous permettra de mieux visualiser comment ça marche.

Voici les quelques idées qui m'ont marquées:

  • Il est difficile d'être démocratique dans un projet !
  • Même si la liste de diffusion est une solution plus pratique qur l'IRC ou la visio/audio-conférence car elle évite que tout le monde soit présent au même moment, envoyer un email n'est pas si trivial que ça !
  • La liste de diffusion est également sujette au bikeshedding qui est la résultante du fait que les sujets dont on discute longtemps sont ceux qui sont les plus triviaux: alors que peu de personnes peuvent par exemple discuter sur un choix technique complexe comme celui d'un réacteur nucléaire, tout le monde peut s'exprimer sur la couleur d'un abri à vélo et du coup, tout le monde fait entendre son avis.
  • Ceux qui hurlent (ou qui occupent l'espace de paroles) ne sont pas forcément plus représentatifs que d'autres même s'ils sont forcément bien entendu.
  • Le partage d'idée implique de bien maîtriser la langue dans laquelle on s'exprime: un contre-sens est si vite arrivé !
  • Les sondages peuvent ne pas être neutres en fonction de la question posée car ils posent le problème du choix orienté ainsi que du nombre de choix.
  • Le vote classique du type 1 votant vote pour un et un seul candidat pose de nombreux problèmes (consulter le diaporama page 9).
  • La technique du vainqueur de Condorcet règle quelques-uns de ces problèmes.
  • Même si les biais du vote sont bien gérés par la méthode de Condorcet, il ne faut pas oublier l'importance dans un vote des facteurs d'influence tels que le contenu de la campagne, le niveau d'information des votants, la nature du sujet, etc...