Une fois n'est pas coutume sur ce blog, je prends mon clavier pour écrire sur un sujet qui m'est cher et qui ne concerne pas la technique, ni l'informatique. Je veux parler d'une station de radio qui est en train de mourir. Cette station, c'est Le Mouv'.

Cela fait à peu près huit ans que je l'écoute. Quand j'étais plus jeune (début des années 2000), je trouvais que le contenu diffusé était un peu mou (ça colle bien avec le nom de la radio) et la musique ne me plaisait guère. Mais quelqu'un m'a fait redécouvrir cette radio en 2007 avec un argument imparable: l'absence de publicité. En effet, Le Mouv est une radio publique (du groupe Radio France) sur lequel, il n'y a pas (ou très peu) de publicité. Sur Le Mouv, on pouvait donc écouter des émissions variées tout en ayant de la musique, certes contemporaine, mais plutôt de bonne qualité. Je ne sais pas pour vous mais mes goûts musicaux sont assez précis et je suis peu tolérant (en gros ce qui s'est fait après 1995, c'est de la merde !). Mais en 2007, il y a eu pas mal de hits d'intérêts avec des groupes de qualité. Je veux parler de Bloc Party, Amy WineHouse, les Cold War Kids, les Klaxons, Razorlight, etc. J'ai également découvert les émissions assez légères du Mouv et au final, je suis resté dessus... sans pubs.

Car il faut bien reconnaître que la publicité à la radio est insupportable. Comme le média utilisé est sonore, on vous en met un paquet d'exagérations, histoire que votre oreille et votre cerveau soit attiré et retiennent bien le message. Le tout s'effectue à grands coups de jingles spécifiques à la sonorité débile qui vient s'incruster de manière intrusive dans votre mémoire pour mieux se rediffuser pendant toute une journée (qui ne s'est pas retrouvé comme un con à siffloter un jingle pub de radio un jour ?). Passer d'une radio coupée sans arrêt par les pubs (au moins 20 minutes de pubs par heure de diffusion sur les autres stations) à une radio où les pubs n'existent pas se fait vraiment très bien. Je ne jamais rencontré quelqu'un qui se plaigne du manque de pubs sur une radio. En revanche, l'inverse est très difficile: le cerveau s'habitue assez vite à un flux d'émissions et de musiques qui ne sont pas interrompues de manière impromptue par des choses qui n'ont rien à voir.

Je suis donc passé sur Le Mouv... Avec le recul de ces huit années, je peux dire que ce passage a aussi été un tremplin vers les autres radios de Radio France, dont France Inter et France Culture. Ces radios partagent le même ADN et n'ont pas de pubs. De ce fait, on migre assez facilement de l'une à l'autre. Je pense qu'avec l'âge, on est de plus en plus enclin à écouter la radio publique française qui est vraiment d'une qualité exceptionnelle, il faut le reconnaître. Pas de pubs, des émissions d'un très grand intérêt (surtout sur France Culture), une grande diversité de styles, des sujets d'actualité mais aussi des sujets plus profonds, des chroniqueurs brillants et même des auditeurs qui font des interventions au dessus du ras des pâquerettes et qui élèvent le débat (on sent bien qu'on est pas sur RMC, chez Jean-Jacques Bourdin). Mais je crois que c'est l'âge qui veut ça. Il y a seulement 10 ans, j'avais vraiment une autre vision de la radio: l'objectif pour moi était d'écouter de la bonne musique et la radio publique n'en diffuse pas très souvent... mis à part Le Mouv.

Pour la bonne musique, il y avait vraiment une grande diversité sur cette station. Une de mes émissions cultes était "Soul Sunday". Elle a été renommée plusieurs fois: Soul Summer, Soul Sunday, le Soul Club mais je préfère Soul Sunday car j'y consacrais une heure de chaque dimanche et je l'écoutais d'une seule traite, avec beaucoup de bonheur. Pendant une heure, Francis Viel (l'animateur) diffusait des hits de la Soul music avec des grands noms comme Marvin Gaye, James Brown mais aussi des groupes modernes ou les derniers albums des groupes de l'histoire de la Soul qui n'ont jamais arrêté d'en faire. Cette émission était vraiment une pépite rare. Je crois que j'ai tous les Podcasts et c'est un vrai bonheur pour moi de pouvoir les réécouter. J'y ai découvert des version inédites de morceaux réinterprétés qui sont au moins aussi bon que les originaux comme le fameux "Ain't no Mountain High Enough" de Marvin Gaye et de Tammi Terrel, interprété avec excellence par Diana Ross. Une telle émission de radio n'existe tout simplement pas ailleurs en France. Un équivalent est Sound of the Sixties sur la BBC Radio 2 mais pas forcément dans le même registre. Illustration de l'éclectisme de la station, pour ceux qui voulait la même chose pour le RAP, il y avait "la collection RAP". Mais, il faut bien l'avouer: j'exècre le RAP et ce, depuis ses débuts !

Malheureusement tout ça s'est arrêté d'un seul coup ! En effet, depuis le 01/01/2015, Le Mouv est devenu un robinet à musique d'un genre pas terrible. Sans explications, du jour au lendemain, toutes les émissions ont stoppé et il ne reste que 5 minutes de journal par heure. Le reste est de la musique diffusée automatiquement. Il n'y a eu aucune annonce. Au début, je pensais que c'était les vacances pour les animateurs (normal pour un début janvier) mais au bout de quinze jours, j'ai commencé à m'inquiéter. Il faut dire qu'être réveillé par du RAP et du hip-hop, c'est assez dur ! Finalement, comme la radio ne changeait pas sa programmation automatique et ne faisait aucune annonce, je suis allé enquêter sur Internet et ce que j'y ai trouvé ne m'a pas vraiment plu.

En effet, la radio fait de moins en moins d'audience (moins de 0,5%). C'est un phénomène que je n'explique pas vraiment mais qui peut effectivement peser lourd pour une station de radio. Pour ma part, je ne comprend pas pourquoi cette radio intéresse de moins en moins les gens. A l'époque, elle était prévue pour les jeunes (16-25) mais je dois avouer qu'elle est davantage faite pour les gens un peu plus âgés (16 à 45). Pourtant, Le Mouv est une des seules radio que je peux écouter pendant une journée ou une matinée de week-end sans zapper (à cause de l'absence de pubs et surtout pour la musique diffusée). Je n'arrive tout simplement pas à m'expliquer pourquoi les gens préfèrent la "soupe" servie ailleurs. Mais il faut bien que chacun trouve chaussure à son pied. Pour ma part, Le Mouv est une de mes radios de référence, un peu comme Arte est ma chaîne télévisée de référence. Je me contrefous qu'elle fasse peu d'audience; son contenu, je l'apprécie tel quel et je n'ai pas envie que ça change radicalement. J'en ai un peu marre de la dictature de la part d'audience qui au final a conduit les radios libres à devenir des fontaines à pubs. C'est d'ailleurs assez singulier de constater que pour ce qui concerne la mission des radios libres de programmer librement des émissions de qualité, il ne reste que les successeurs de l'ORTF (Radio France). Toutes les autres ne font que diffuser les publicités des grands groupes et aussi la musique qu'on veut bien nous servir. Jusqu'à présent, Le Mouv avait bien résisté à la tentation de la part de marché et proposait autre chose que ce que l'on peut retrouver ailleurs.

Mais du fait de la chute des audiences, la direction a décidé de changer la programmation et elle l'a fait d'une manière assez directe et avec fracas. En effet, tout s'est arrêté pendant un mois: plus d'émissions, plus de reportages, que de la musique passée en continu, le tout, sans prévenir à l'avance ! Entre le 1er janvier 2015 et le 2 février de cette même année, Le Mouv est une radio morte, sans aucune voix pour l'animer. A partir du 2 février, Le Mouv devient Mouv et la nouvelle programmation sera lancée avec deux fois moins d'animateurs. La stratégie de tout arrêter pendant un mois me pose problème. Cette interruption de programmation est un vrai désastre à mon sens. En effet, combien de personnes qui écoutaient Le Mouv pour ses émissions vont continuer à écouter ce robinet à musique pendant tout un mois complet ? A part les fans convaincus et ceux qui ont la flemme de changer de station, je ne vois pas grand monde. Si vous coupez vos émissions d'un coup, attendez-vous qu'au bout de quelques jours seulement, les auditeurs, même les plus assidus zappent et aillent faire un tour vers la concurrence. Et nous savons tous qu'une fois qu'un auditeur est parti ailleurs, il est extrêmement difficile de le faire revenir. Pour moi, la direction du Mouv mérite vraiment un carton rouge pour cette manoeuvre qui est à mon sens pas très fine d'un point de vue stratégique. A la place, il aurait fallu faire une campagne pour prévenir, largement et longtemps à l'avance, les auditeurs qu'un changement se préparait. Il aurait fallu faire la promotion des nouvelles émissions pour susciter l'envie de rester et faire un peu le buzz. C'est un signe de respect envers les auditeurs actuels et c'est la moindre des politesses si on veut en accueillir de nouveaux.

Pour ma part, j'ai zappé vers France Inter mais je dois avouer que le matin au réveil, c'est un peu dur de tomber sur le journal des informations qui, comme chacun sait, constitue le meilleur moyen de se mettre le moral à zéro pour la journée (d'une manière générale, chaque journal est un puits de mauvaises nouvelles qui, même si elles illustrent la réalité, ont une action négative indiscutable sur notre cerveau). A la place, j'aimais bien les choses plus légères du Mouv et la musique assez douce pour se réveiller. Dans tous les cas, il m'est impossible de rebasculer vers une station commerciale: mes oreilles et mon cerveau ne peuvent simplement plus encaisser les jingles et les pubs complètement débiles qui sont diffusés couramment sur ces stations.

En ce qui concerne la nouvelle ligne musicale de la future station "Mouv'", j'ai les plus grandes craintes. En effet, le robinet à musique diffuse vraiment beaucoup plus de RAP et de Hip-Hop qu'avant. Malheureusement, je déteste cette musique. C'est plus fort que moi. Elle n'a pas d'intérêt et surtout, c'est la même qu'on peut retrouver partout sur les autres stations commerciales comme SkyRock, Fun Radio, NRJ, etc. Ces mêmes stations que je n'ai jamais pu blairer, même lorsque j'étais adolescent (je vous l'ai déjà dît, tout ce qui vient après 1995, c'est de la merde !). Le RAP n'a aucun intérêt pour mes oreilles: c'est juste du rythme sur des paroles monocordes. La mélodie est vraiment pauvre. On peut parodier toutes les chansons RAP en bruissant une onomatopée du style "PeuPeuPeu...PeuPeu...PeuPeuPeuPeu..." (essayez, vous verrez). C'est pareil avec le hip-hop... Même si ces musiques ont vraiment démarré commercialement pendant la période de mon adolescence, je n'ai jamais accroché, y compris sur des morceaux passés à la postérité comme ceux de MC Solar. Ce passage est donc très rude pour mes oreilles. La future radio a pour ligne musicale, je cite: "Mouv', la radio hip-hop electro, débarque sur les ondes le 2 février 2015.". Je crains que la journée de demain ne vienne confirmer mon inquiétude...

Il me reste une petite journée à attendre. J'espère que je retrouverai le Soul Club et son animateur de talent. Mais j'espère aussi que la ligne musicale n'évoluera pas trop vers ce qui est annoncé. Dans ce cas, je crois que j'arrêterai d'écouter le Mouv et que je prendrai uniquement les Podcasts (ce qui revient à dire que j'abandonnerai la radio après un certain temps). La stratégie d'arrêter tout pendant un mois est un vrai désastre et reste très irrespectueuse des quelques auditeurs assidus qui sont visiblement de moins en moins nombreux suivant les années et qui risquent de fuir définitivement à partir du 2 février 2015.

Qu'aurait-il fallu faire ? Si l'objectif est la part d'audience, je crois que ça ne sert à rien d'imiter les autres radios: si Le Mouv devient comme SkyRock ou NRJ, il n'y a plus aucun intérêt à l'écouter, autant prendre les originaux. Je pense que ceux qui écoutent ces radios commerciales se sont fait à l'idée de la pub et qu'il ne viendront jamais sur le service public. Mon idée c'est que d'une manière générale, les audiences de Radio France ne sont pas si mauvaises (environ 1/3 de l'audience générale) et qu'il n'y a pas meilleur public pour le service public que les auditeurs du service public. Un peu de pubs pour des programmes sur Le Mouv sur les autres radios aurait pu permettre d'augmenter la part de marché de la station sans diminuer la part de l'audience générale de Radio France (juste une meilleure répartition). Ensuite, je pense qu'on aurait pu cibler plus large et abandonner l'idée d'une radio pour les jeunes. Sérieusement, les 16-25 ans sont de moins en moins nombreux statistiquement dans la répartition de la population qui vieillit. Faire une radio qui leur est consacrée a donc tendance à diminuer les parts d'audience, alors que les radios pour "les vieux" ont une tendance naturelle à avoir plus d'auditeurs. Pour changer l'identité de Le Mouv, on aurait pu sans doute supprimer cette idée d'une radio du service public pour les jeunes et lui consacrer plutôt la musique récente et ce, de manière éclectique en s'adressant à tous les genres (c'est un peu ce qui se passait ces dernières années). Enfin, c'était déjà le cas en partie, mais si on veut séduire plus de public en 2015, il faut investir Internet. Radio France le fait assez bien avec ses Podcasts mais ce n'est sans doute pas suffisant... Je ne suis pas un professionnel de la radio, aussi mes conseils ne sont peut-être pas pertinent. Mais je crois que la future Mouv' va dans le mur et que ses parts d'audience vont encore baisser.

Rendez-vous demain matin pour voir ce qui nous attend. Dans tous les cas, Le Mouv va mourir cette nuit, à mon plus grand regret. Espérons que Mouv' son successeur fasse mieux en part d'audiences sans trahir l'ADN de la radio publique française pour laquelle je suis assez content de payer des impôts !

Posted dim. 01 f�vr. 2015 10:35:00